A A

Culture
Bretonne

Mairie de Combrit
Sainte-Marine

8 rue du Général de Gaulle
29120 Combrit Sainte-Marine
Tél. 02 98 56 33 14
Fax : 02 98 56 40 65
Mail : mairie@combrit-saintemarine.fr

Horaires d’ouverture du service

Du lundi au vendredi
de 8h30 à 12h et de 14h à 17h

Porte d’entrée du Pays bigouden, la commune de Combrit Sainte-Marine sauvegarde ses racines bretonnes à travers plusieurs actions.

Depuis 2008, Combrit Sainte-Marine est signataire de la charte Ya D’Ar Brezhoneg, participant ainsi au développement du breton dans la commune.

Cette charte, mise en place par l’Office de la langue bretonne, permet aux élus d’agir pour sauvegarder la langue bretonne et assurer son emploi naturel dans la vie de la société. 
Aussi, l’installation de plaques de lieux publics, de panneaux d’entrée et de sortie d’agglomération, l’éditorial du maire dans le bulletin municipal dans les deux langues, et de nombreuses autres actions, rentrent dans le dispositif Ya D’Ar Brezhoneg.

L’association Bagad et Cercle de Combrit est une institution vieille de plus de 60 ans. Le Bagad évolue depuis 2016 en deuxième catégorie de la confédération Sonerion et le cercle en catégorie 2 de la confédération War’l Leur depuis 2017.

Le Bagad de Kombrid a été créé en 1955 par le recteur de la paroisse. Cinq ans plus tard, à l’occasion d’une fête du jumelage, un petit groupe de danseuses a rejoint les musiciens pour présenter notre culture traditionnelle à nos amis de Grafenhausen (ville jumelée avec Combrit).

C’est donc depuis 1960 que les deux entités -musique et danse- ne forment plus qu’une association unique. Ce n’est que lors du cinquantième anniversaire du cercle que nous avons fait appel à des musiciens extérieurs : le groupe Madémékéré qui, depuis ce jour, accompagne le bagad et les danseurs sur scène.

L’association Bagad et Cercle de Combrit propose les activités suivantes :

  • Formation musicale et école de musique
  • Eveil musical
  • Ecole de danse
  • Atelier broderie (ouvert aux initiés)
  • groupe musical avec le Bagad
  • groupe de danse avec le Cercle celtique

Contact

bagadcerclecombrit@gmail.com
Site Internet
Page Facebook

Les « Pardons » sont une des manifestations de foi les plus connues de la Bretagne mélangeant fête religieuse et fête profane. Ils s’inscrivent dans une démarche pénitentielle. Le pèlerin se rend sur la tombe du saint où dans un lieu qui lui est dédié (apparition du saint, découverte de statue, fontaine…). Par cette marche, le croyant espère que le saint va intercéder en sa faveur.

Ces évènements sont très anciens, probablement liés à la première évangélisation de la région par des moines celtes, mais la tradition est toujours vivace et regroupe des fidèles venant de plusieurs paroisses, parfois même très éloignées.

Le « Pardon » se compose d’une messe suivie d’une procession chantée où les bannières brodées, les croix et les statues des saints sont portées par les fidèles qui arborent souvent le costume traditionnel du pays. Après un repas convivial, l’après-midi est consacré aux vêpres.

Le Pardon de la Clarté

Le pardon de la Clarté au début du XXe siècle. Collection Musée départemental breton

Le Pardon de la Clarté a lieu, chaque année, le deuxième dimanche de septembre, à la chapelle de Notre-Dame de la Clarté. Il a lieu le même jour que le Pardon de Kerdévot, à Ergué-Gabéric, et, naguère celui de Notre-Dame d’Izel-Vor, à la Forêt-Fouesnant, aujourd’hui transféré au 15 août. Ces trois Pardons étaient appelés « Pardon an Teir Vari » (Le Pèlerinage des trois Marie).

De nombreux pèlerins tenaient à visiter ce même jour les trois sanctuaires, assistant dans l’un à l’office matinal, dans un autre à la Grand’messe, et aux vêpres dans le troisième. Les pèlerins venaient et viennent encore parfois de très loin. La fontaine et les prières du Pardon de la Clarté sont très réputées. Il n’est pas rare de voir, après la procession, des fidèles tremper un petit mouchoir dans la fontaine et humecter leurs yeux de cette eau. La dévotion et le pèlerinage à Notre-Dame de la Clarté remplacent, vers le XVIIIe siècle, ceux jadis réservés à Saint-Vennec en ce lieu.

Notre-Dame est naturellement invoquée pour les maladies de la vue. On utilise l’eau de la fontaine dans un but de guérison et de préservation. En 1892, un paysan aveugle nommé Guillaume Grall aurait recouvré la vue grâce à l’eau de la fontaine. La verrière principale, située derrière l’autel, raconte cette histoire. Elle a été réalisée par Pauline de la Jarrige, fille du peintre Combritois Lucien Simon.

 

Le Pardon de Sainte-Marine

Pardon de Sainte-Marine au début du XXe siècle. Collection Musée départemental breton

Le « Pardon » de Sainte-Marine est célébré chaque deuxième dimanche de juillet ; les fidèles se rendent alors en procession jusqu’à la cale afin de procéder à la bénédiction de la mer. A cette occasion une couronne de fleurs est lancée sur les flots en mémoire des marins péris en mer.

Les fest-noz (fête de la nuit) sont des rassemblements festifs, basés sur la pratique collective des danses traditionnelles de Bretagne accompagnées de chants et/ou musiques instrumentales.

Le service culture de Combrit Sainte-Marine organise plusieurs fest-noz par an.

Jeu typique du Pays bigouden, la galoche bigoudène ressemble à la pétanque. Le but du jeu est de renverser la « galoche » (un petit cylindre en bois) à l’aide de palets en fer, pesant 0,850 kg.